La dignité dans la loi pour la protection des animaux

Une chance pour l’agriculture luxembourgeoise

La Gréng Stëftung invite à une conférence-débat,

mercredi 26 octobre 2016 à 18.30
aux Rotondes à Luxembourg-Bonnevoie.

Introduction par
Stéphane Decker, Avocat à la Cour et conférencier

Débat avec:

  • Fernand Etgen, Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs
  • Jérôme Reuter, Représentant Lëtzebuerger Jongbaueren a Jongwënzer
  • Gérard Anzia, député déi gréng et membre de la Commission de l’Agriculture
  • Julie-Suzanne Bausch, Enseignante en Philosophie
  • Stéphane Decker, avocat
  • Sonja Thill, vétérinaire et ingénieure de l’agriculture et de l’environnement

Moderatioun: Thorunn Egilsdottir, Senior Marketing Manager Editpress

Le gouvernement a déposé un projet de loi pour réformer la protection des animaux. Pour la première fois au Luxembourg, une loi vise explicitement à protéger la dignité des animaux. Or, quelles seront les implications de cette loi pour les animaux en général et les animaux d’élevage en particulier ? La dignité des animaux peut-elle être respectée dans l’élevage agricole ?

La table ronde sera occasion de débattre le nouveau projet de loi et ses implications avec des représentants du secteur agricole et des experts des domaines du droit, de la philosophie et médecine vétérinaire.

Un pot d’amitié clôturera cette soirée.

Conférence et débat en luxembourgeois. Une traduction directe en français sera assurée.

Partenaire Média: Tageblatt


Multilinguisme – Une chance pour nos enfants

Défis et potentiels de la promotion du multilinguisme dès la petite enfance

La Gréng Stëftung invite à une table ronde :

Jeudi, le 20 Octobre 2016 à 19h30

aux Rotondes (Luxembourg-Bonnevoie)

Introduction:

Claude Meisch, Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse et Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Locuteur principal:

Prof. Dr. Romain Martin, présente l’état actuel de la recherche sur l’éducation multilingue chez les enfants en bas âge au Luxembourg.

Table ronde avec:

  • Yolande Haas Hoffmann, membre fondatrice chez FELSEA (Fédération Luxembourgeoise des Services d’Education et d’Accueil pour Enfants) et directrice de la crèche « Butzebuerg » à Differdange.
  • Angélique Quintus, enseignante à l’école Dellhéicht jusqu’en 2015, travaille actuellement au Ministre de l’Éducation.
  • Caroline Ruppert, responsable du service de formation „focus – Formatioun an Entwécklung“ de l‘asbl Arcus.
  • Marc Schmidt, Professeur d’enseignement logopédique, auteur de « Sprachtherapie mit mehrsprachigen Kindern » (« Orthophonie avec des enfants multilingues ») et collaborateur au le Ministère de l’Education nationale sur le projet « méisproocheg Bildung am Cyle 1 ».

La table ronde sera modérée par Claude Adam, député et porte-parole sur la politique éducative chez déi gréng, instituteur, inspecteur de l’enseignement fondamental et enseignant vacataire à l’Université du Luxembourg.

Afin de répondre aux défis de la situation linguistique complexe au Luxembourg, le Gouvernement mise sur le renforcement des compétences multilingues auprès des enfants en bas âge. Ainsi, les éducateurs et éducatrices sont censés promouvoir dans les crèches l’usage simultané du Luxembourgeois et du Français auprès des enfants de 1 à 3 ans. L’objectif de cette nouvelle approche est, entre autres, de faire face aux inégalités linguistiques dans nos écoles et de prévenir ainsi l’échec scolaire.

La table ronde sera l’occasion de débattre du contexte éducatif de cette approche et d’aborder les questions suivantes : Qu’en est-il de la diversité linguistique dans nos écoles et structures d’accueil ? Comment gérons-nous cette diversité ? Que signifie ce nouveau concept linguistique pour nos enfants ? Comment fonctionne-t-il en pratique ? Quels sont les défis pour nos écoles, structures d’accueil et le personnel enseignant et éducatif ?

Le publique est cordialement invité à prendre part à la discussion, qui se fera en luxembourgeois. Une traduction simultanée en français est également proposée.

Cette conférence est reconnue comme formation continue par l’IFEN. Les participant(e)s qui ont besoin d’une attestation de participation sont priés de s’inscrire directement sur:

http://www.formation-continue.lu/descriptionformation?idFormation=54173

Pour les autres, aucune inscription n’est requise.

Romain Martin est vice-recteur académique et professeur en psychologie et pédagogie empirique à l’Université du Luxembourg, ainsi que directeur du Luxembourg Center for Educational Testing. Le psychologue et éducateur par formation a préparé sa thèse de doctorat sur la psychologie différentielle du développement à l’Université de Nancy. Il fait ses recherches, entre autres, dans la technologie éducative, les neurosciences cognitives et le suivi dans le système éducatif.

De Wunnengsbau beliewen

Déi Gréng Stëftung lädt ein zu einer Diskussionsrunde

De Wunnengsbau beliewen

Instrumente der Wohnungsmarktpolitik und ihre Wirkungen

Dienstag, den 27. Oktober 2015 um 18:30 Uhr

in den Rotondes (Luxembourg-Bonnevoie)

Einführung:

Bernhard Faller, Stadt- und Regionalentwickler beim Forschungs– und Beratungsbüro quaestio-fb.de, stellt Strategien und Instrumente für bezahlbaren Wohnraum vor.

Diskussionsrunde mit:

  • Marc Hansen, Staatssekretär im Wohnungsbauministerium,
  • Roberto Traversini, Abgeordneter von déi gréng und Bürgermeister der Stadt Differdingen
  • Christine Muller, Architektin und Stadtplanerin – Luxemburg/Köln
  • Bernhard Faller, Vortragsredner

Luxemburg leidet unter galoppierenden Wohnungspreisen. Oft verschlingen Mieten und Wohnungspreise eine hohen Anteil des verfügbaren Einkommens. Gerade bei Haushalten mit geringerem und mittlerem Einkommen führt dies zu prekären Einkommensituationen. Soziale Mietwohnungen könnten Abhilfe schaffen, aber in Luxemburg beträgt deren Anteil nur 2%, bedeutend weniger als in unseren Nachbarländern.

Die Regierung möchte die Wohnungsmarktpolitik beflügeln. Neben dem Vorkaufsrecht für öffentliche Bauträger, der Erbpacht und steuerlichen Anreizen sollen andere, neue Instrumente entwickelt werden. Dazu gehören Baulandverträge und kommunale Baulückenprogramme sowie Mietsubventionen und die Dynamisierung der nationalen Wohnungsbaugesellschaften. Genügen diese Maßnahmen um den Wohnungsmarkt in Luxemburg auf Dauer zu entspannen und ausreichend bezahlbaren Wohnraum zu schaffen?

Immer mehr Menschen möchten selber aktiv werden und ihre Wohnwelt mitgestalten. Zahlreiche Stadtteil-Initiativen aus der Bürgerschaft beschäftigen sich mit Grünflächen, Schulinfrastrukturen, intergenerationellem Wohnen und der Verbesserung der Nahversorgung. Wohnungsbaugenossenschaften stehen in den Startlöchern. Wie können die Verantwortlichen in den Gemeinden diese Initiativen in eine aktive Stadtteilentwicklung einbeziehen ?

Das Publikum ist eingeladen sich an der Diskussion zu beteiligen !

Die Diskussionssprache ist Deutsch.
Bernhard Faller, hat Geografie, Städtebau und Regionalökonomie studiert und war als Projektleiter bei der Stadt Leverkusen für Stadtentwicklungsfragen zuständig, bevor er 2008 Quaestio gegründet hat. Quaestio forscht und berät im Themenfeld Stadt- und Regionalentwicklung im Auftrag von Bundes- und Landesministerien, Kommunen, Immobilienunternehmen sowie zivilgesellschaftlichen Akteuren (Stiftungen, Verbände etc.).

Illicit Financial Flows: Out of Africa into the wild

Round table on tax justice

2 June 2015, 18:30 – 20:30

Auditorium Banque de Luxembourg

14, boulevard Royal – Luxembourg-Ville

The High Level Panel on Illicit Financial Flows from Africa estimates that at least $30 billion to $60 billion a year escape taxation in Africa – money that could be invested in education, healthcare or sanitation.

Instead it is gulped by the vastly complex international finance system. An area Luxembourg plays a prominent role in. Considering the financial know-how at hand, can one hence infer that Luxembourg could just as well become a driving force for international tax justice, preventing developing countries’ tax money from disappearing into “the wild”?

Round table discussion with:

  • Otieno Michael Oloo Tax Justice Network – Africa
  • Franz Fayot Chambre des Députés
  • Keith O‘Donnell ATOZ Tax Advisers
  • Mike Mathias Gréng Stëftung
  • Rainer Falk Informationsbrief Weltwirtschaft & Entwicklung

Moderated by: François Aulner radio 100,7 Discussion in English / free entrance

Organised by:
Cercle de Coopération

in collaboration with Gréng Stëftung and etika

The event is co-financed by the European Union.
The contents of this publication and event are the sole responsibility of the Cercle de Coopération, Gréng Stëftung and etika a.s.b.l and can in no way be taken to reflect the views of the European Union.

Les politiques familiales, un investissement dans l’égalité des chances?

La Gréng Stëftung invite à une conférence-débat

Les politiques familiales, un investissement dans l’égalité des chances?

Lundi 9 février 2015 à 18.30

Au Carré Rotondes

1, rue de l’Aciérie

L-1112 Luxembourg-Hollerich

Introduction par

Hélène Périvier, économiste séniore auprès de l’OFCE.fr

Débat avec:

  • Corinne Cahen, Ministre de la Famille et de l’Intégration

  • Hélène Périvier, conférencière

  • Robert Urbé, porte-parole de Caritas Luxembourg

  • Sam Tanson, co-présidente déi gréng

Modération: mike mathias

Les politiques familiales étaient longtemps bâties sur le modèle d’un homme chef de famille ayant à charge femme et enfants. Ce modèle entérine non seulement les inégalités entre les sexes tant dans la sphère domestique que professionnelle. Il pénalise également l’investissement social en faveur des enfants et des jeunes, des investissements nécessaires afin de garantir à
chacun-e le droit à une vie personnelle et professionnelle épanouie.

Le gouvernement a déclaré vouloir opérer ce changement de paradigme. Ainsi, on peut lire dans la programme gouvernemental qu’il faut « garantir que les parents ne soient pas discriminés dans la planification de leur vie professionnelle par leur choix de fonder une famille. Il faut également garantir que les enfants reçoivent les mêmes chances de départ dans la vie, indépendamment de leur origine sociale. »

La politique familiale doit donc viser plusieurs objectifs en même temps :

  • offrir à tous les enfants les mêmes chances de départ dans la vie, càd tenir compte particulièrement de la diversité des origines socio-culturelles des enfants ;
  • offrir aux femmes et aux hommes les mêmes possibilités de participation à la vie familiale que professionnelle, càd améliorer l’accessibilité des femmes à une carrière professionnelle et des hommes à un rôle de père actif.

Quels sont les grand principes à mettre en œuvre pour garantir un service public de la petite enfance et la compatibilité des carrières familiales et professionnelles ?

Artists for animals – ceci n’est pas un animal

Table ronde, le lundi,  24 novembre 2014

au Carré Rotondes à 19:30

Notre société fait une différence entre l’animal domestique et l’animal productif. Mais ces bêtes, consommées ou pas, ne devraient-elles pas toutes avoir un droit de mener une vie digne et surtout sans peine? Même si la loi indique que le propriétaire doit assurer une condition de vie compatible avec les besoins des animaux et qu’il y aura des sanctions pénales en cas de maltraitance; les punitions restent trop légères pour réellement prévenir certains actes de cruauté.

Mais comment parvenir à changer nos lois, quels sont les problèmes et où se trouvent les solutions? Quel est le rapport entre la consommation de viande et les conséquences environnementales? Est-ce que le Luxembourg peut faire une différence? Nous allons en discuter.

Assistez à la table ronde “ceci n’est pas un animal” animée par Thorunn Egilsdottir et Wencke Fiedler avec les invitées suivants:

  • Claude Turmes (député de l’Union européenne),
  • Felix Wildschutz (Administration des services vétérinaires),
  • Camille Müller (Vegan Society Luxembourg),
  • Nadine Sulzenbacher (Porte parole Alpa)
  • Jean-Marie Oswald (Fédération Nationale des Patrons Bouchers-Charcutiers).

Par la même occasion, laissez-vous emporter par la musique accoustique des artistes locaux Lata Gouveia et David Mourato.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Madame Thorunn Egilsdottir  email (artistsfanimals’at’gmail.com)

Une traduction vers le français est assurée par l’Agence interculturelle de l’ASTI avec le soutien de la Gréng Stëftung

Les Rulings et le Dumping fiscal

La Gréng Stëftung invite à une soirée-débat

« La guerre fiscale qui ruine nos États »

Les Rulings et le Dumping fiscal

Jeudi 27 novembre 2014 à 18.30

Auditoire – Cercle Cité

Place d’Armes – Luxembourg

Avec Eric Walravens
« Près de mille milliards d’euros sont perdus chaque année dans l’Union en raison de la fraude et de l’évasion fiscales. Il s’agit non seulement d’une perte scandaleuse de recettes bien nécessaires, mais aussi d’une menace pour la justice fiscale. »
La révélation de milliers de documents fiscaux par le consortium de journalistes ICIJ  a montré que les rulings pratiqués au Luxembourg sont souvent plus que de l’évasion fiscale – légale – mais s’apparentent plutôt à de l’optimisation fiscale agressive.

La conférence et le débat avec Eric Walravens, journaliste spécialisé dans les questions économiques et financières auprès de l’Agence de Presse Belga et auteur du livre « Le Dumping fiscal », permettra de clarifier les idées suivantes :

-    C’est quoi un ruling ? Quel est le rôle des sociétés d’audit ?
-    En quoi la pratique luxembourgeoise est-elle particulière en Europe ?
-    Décryptage de l’hypocrisie du discours politique en Europe
-    Quelles solutions pour mettre un terme à l’évasion fiscale ruineuse pour les  budgets publics ?

Continue reading Les Rulings et le Dumping fiscal

Welcome To Fukushima

Soirée débat « 2 Years After Fukushima »

Cinémathèquevcde la Ville de Luxembourg
17 Place du Théâtre – L-2613 LUXEMBOURG

lundi 11 mars 2013 à 20:30

La séance sera suivie d’un débat avec Alain de Halleux, réalisateur du film et Henri Kox, député déi gréng

Un an dans la vie quotidienne de quelques familles japonaises à Minamisoma, une ville au bord de la zone d’exclusion. Nous sommes à 20km de la centrale de Fukushima ! Après les espoirs de décontamination, les incertitudes
scientifiques, les hésitations des autorités, à qui faire confiance ? Faut-il rester ? Faut-il partir ? Depuis 2 ans, les habitants vivent avec l’invisible et l’incertitude.
Ils s’interrogent sur le futur de leurs enfants et celui de leur ville au passé millénaire. Chaque famille est seule face à ses propres décisions …

La séance sera suivie d’un débat avec le réalisateur Alain de Halleux.

http://fukushima.arte.tv/note-du-realisateur/

Est-ce que la sélectivité sociale peut rééquilibrer les budgets publics?

Les transferts sociaux en temps de crise:

Mercredi 21. Novembre 2012 à 18.30 au Carré Rotondes

avec

  • Karin Manderscheid – Femmes en détresse
  • André Roeltgen – Chambre des Salariés
  • Pierre Bley – Union des entreprises Luxembourgeoises
  • Robert Urbé – Caritas-Luxembourg

Table Ronde organiseé par Green European Foudnation,  Gréng Stëftung & Caritas Luxembourg

Il y a eu de nombreuses discussions autour de la sélectivité sociale au courant des derniers  mois. Les propos se situaient toujours entre l’objectif de faire des économies sur les transferts sociaux et celui d’atteindre plus de justice sociale.

Pourtant, il faut constater que la plupart des propositions faites visaient surtout les économies financières sans nécessairement être accompagnées par des calculs précis et sans se référer aux objectifs sociétaux des transferts sociaux.

En effet, certains transferts tel que le RMG visent plus particulièrement les plus défavorisés de la société, d’autres, par contre, visent à maintenir une large cohésion sociale. Ceci est par exemple le cas de l’assurance maladie ou des prestations familiales. Les cotisations sont solidaires, chacun y contribue sans regard à ses propres besoins mais en relation à ses revenus. En revanche les prestations sont universellement les mêmes pour tout le monde. Ceci se vérifie à de nombreux égard, mais pas toujours vis à vis des frontaliers.

Caritas Luxembourg et Gréng Stëftung ont décidé de regarder de plus près ce qu’il en des potentiels d’économie à court terme pour les différents types de transferts sociaux. Nous n’avons pas tenu compte pour cela de l’assurance vieillesse étant donné qu’une profonde réforme est en gestation et nous n’avons pas analysé les questions systémiques des autres types de transferts sociaux. Pourtant l’étude était fructueuse, elle permet de comprendre en quelques pages le fonctionnement des différents transferts, les principaux bénéficiaires et leurs caractéristiques socio-économiques. De nombreux scénarios d’économies ont pu être vérifié quant à leur impact financier et social.

Le résultat est inéquivoque : le potentiel d’économie, sans réformes structurelles, est largement inférieur aux attente si on ne veut pas mettre en question la cohésion sociale dans son ensemble. Pourtant il y a du potentiel dans le détail qui ne devrait être négligé.

Téléchargez l’étude: 20130331 Etude transferts sociaux vers2

Téléchargez uniquement les conclusions: 20130331 Etude transferts sociaux vers2conclusion

Le bonheur est dans le tout près?

Vers un développement polycentrique de la Grande Région ?

Table Ronde Economique Grande Région 26 mars avec Ministre Etienne Schneider et le Président Patrick Weiten

Lundi 26.03.12 à 18:30

Au Cercle Cité – AUDITORIUM CITÉ

Presserevue Disc Economie

Transcription du débat: DebatEconomielongfr

Participants:

  • Mme Mannes-Kieffer Elisabeth, Premier conseiller de gouvernement au Ministère de l’Economie du Luxembourg
  • M. Patrick Weiten, Président du Conseil Général de la Moselle
  • M. Luc Henzig, Administrateur chez PriceWaterhouseCoopers

Modération :

Carlo de Toffoli et Mike Mathias, Gréng Stëftung

La discussion

Selon nos invités, les différentes parties de la Grande-Région se trouvent dans une situation concurrentielle sur le plan économique, bien que des exemples de coopération spontanée et de concertation active existent. Néanmoins, celles-ci représentent des exceptions. De plus, bien que chaque région cherche ses propres niches économiques, une complémentarité économique n’existe pas pour l’instant. Ceci mène à des problèmes multiples pour la cohésion sociale et le dynamisme économique de la Grande-Région : différents niveaux de vie, déséquilibres entre offre et demande sur le marché de l’emploi, absence de synergies, etc.

Or, le déséquilibre n’est pas tel que le Luxembourg serait l’unique et seul moteur économique de la Grande-Région. Des projets comme celui de la « mégazone d’Illange » en Lorraine illustrent le polycentrisme vers lequel la Grande-Région pourrait se développer. Luc Henzig résume l’intérêt de ce développement du point de vue luxembourgeois : « Aujourd’hui il faut chercher la complémentarité. Il est important de comprendre que plus nos voisins investissent chez eux, mieux ce sera pour le Luxembourg ! Plus nos voisins seront riches, le mieux ce sera pour nos perspectives d’avenir ! Car nous ne savons pas comment l’économie luxembourgeoise va se développer. Si le Luxembourg s’essouffle en tant que moteur économique, il nous faudra un relais dans nos régions voisines. » Le président du Conseil général de la Moselle, Patrick Weiten, argumente de manière similaire : « Toute la Grande-Région profitera du projet sino-européen au niveau de la création d’emplois et des investissements dans les infrastructures de transport. » Environ 3000 emplois seront ainsi créés ensemble avec un réseau logistique considérable (au Luxembourg, Cargolux sera chargé du volet transport aérien).

Un autre sujet sensible concerne le futur de la sidérurgie dans la Grande-Région, qui, actuellement, se voit menacé par l’argument du manque de compétitivité sur un marché global. Selon nos invités, ce problème dépasse les compétences de la Grande-Région. Patrick Weiten estime que « pour le moment nous ne pouvons que réagir pour essayer de sauver ces emplois. Mais, en fait, il faudrait une coopération au niveau intergouvernemental et européen. » Or, faute de concertation au niveau européen, ce sont les stratégies nationales qui dominent:  « Nous aurons peut-être la chance de voir se réaliser le projet ULCOS en Lorraine qui consisterait à capter et stocker les émissions de gaz à effet de serre. […] La sidérurgie lorraine dépend d’ULCOS. » Elisabeth Mannes-Kieffer déplore qu’en Europe la priorité soit donnée à une politique climatique qui engendre des coûts supplémentaires pour la sidérurgie. En contrepartie il manquerait « une vraie politique industrielle au niveau de l’Union Européenne ». Et Luc Henzig d’ajouter :« Il faut se poser la question si la demande restera soutenue […] en Europe. La seule chance pour que la production puisse rester compétitive serait si les coûts de transport augmenteraient significativement et que l’importation de l’acier devienne très chère. »

Autre thème récurrent du débat : Le manque de « gouvernance », c’est-à-dire de concertation institutionnalisée sur le développement économique entre responsables politiques et administrations des différentes parties de la Grande-Région. Nos invités soulignent que des tentatives de coopération institutionnalisée (une volonté de « se parler » davantage, comme le formule dit Luc Henzig) existent, mais qu’il reste encore beaucoup à faire. Patrick Weiten explique : « Je crois qu’un des problèmes est le fait que la‘Grande-Région’ n’existe pas. Du moins, elle n’est pas reconnue en France. Bien qu’on laisse beaucoup d’autonomie aux régions, les relations bilatérales sont établies de gouvernement à gouvernement. […] alors que beaucoup des domaines où il faudrait travailler ensemble sont des domaines qui nous concernent en tant que région, département ou commune. » Or les choses seraient en train d’évoluer. Weiten cite l’exemple d’un projet de covoiturage de voitures électriques pour les déplacements entre grandes villes de la Grande-Région : « Le projet sera lancé en Moselle ; or il nous fautdra une masse critique d’au moins 300 000 participants. Ce projet ne serait donc pas possible sans la coopération du Luxembourg. J’ai rencontré le ministre du Transport Claude Wiseler qui est très intéressé par le projet et qui mettra en place une troisième voie sur l’autoroute A3 réservée au transports collectifs et au covoiturage. Et il y a des entreprises luxembourgeoises qui sont prêtes à s’engager dans ce sens. Voilà un exemple sur lequel nous avançons ! Et je suis convaincu qu’on trouvera aussi des accords sur les autres dossiers importants. »

Mannes-Kieffer estime qu’au niveau bilatéral ou trilatéral on arrive d’ores et déjà à résoudre beaucoup de problèmes : « Il ne faut donc pas être trop pessimiste. Il y a aussi des initiatives très concrètes qui se réalisent. La dernière qui a été mise en place est l’institutionnalisation de la commission intergouvernementale franco-luxembourgeoise […] Nous y essayons d’attaquer tous les problèmes qui se posent entre la Lorraine et le Luxembourg notamment en termes des frontaliers, de qualifications, de santé, de logistique etc. » Sans oublier le projet de région métropolitaine polycentrique concernant en premier lieu l’aménagement du territoire et les stratégies à long terme : « Une concertation est prévue ! On pèche peut-être par manque de communication vers l’extérieur, mais il y a plein de choses qui se font sur ce plan-là. »

Une conférence organisée par la Gréng Stëftung Lëtzebuerg avec le soutien de la Green European Foundation, subventionnée par le Parlement Européen.